De spirituel

Elle me traversait 
Sous les traits d’un oiseau 
Qui se confond dans un nuage.

Il me suffisait de penser à elle
Pour la ressentir 
Jusqu’au printemps de l’âme.

J’aimais cet oiseau
Sa manière de s’élever 
Dans mon corps
De le rendre plus beau
Plus poétique
Plus désirable.

Nos mains s’émerveillaient
Et toujours plus aujourd’hui
La douce… douce alchimie.

Nous savions…
Que par cet amour spirituel 
La promesse d’une autre vie
Était possible.

Nous y avons cru
Et nous y sommes encore… 

Marina Rogard

© Tous droits réservés – 2021 – Marina Rogard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :